" Europe écologie" : qu'irions-nous faire dans cette galère ?

Publié le par Tous Vivants

 

« Europe écologie : qu’irions-nous faire dans cette galère ? »

 

Daniel Cohn-Bendit, co-président des Verts au Parlement européen, veut proposer aux Verts, lors de leur Université d’été, une liste « Europe écologie » pour les prochaines élections européennes, avec des ONG environnementales, des membres de la société civile, des proches de Nicolas Hulot…

Le député Noël Mamère (Verts) a salué le « coup de pied…salutaire » de Daniel Cohn-Bendit.

«  Il y a longtemps que j’attendais que les conditions soient réunies pour que l’écologie se rassemble et, à l’occasion des élections européennes, manifeste cette volonté de rassemblement au-delà des Verts », a déclaré M. Mamère à l’AFP.

 

«  C’est le prix à payer pour que les Verts reviennent dans le champ politique au moment où la crise écologique, économique et sociale est telle qu’on ne peut se passer des réponses apportées par les écologistes qui ne se résument pas au seul parti « Verts », a-t-il souligné.

En effet, leur candidate, Dominique Voynet, n’avait obtenu que 1,57 % des voix au premier tour de la présidentielle 2007.

« Le coup de pied que Dany donne dans la fourmilière est salutaire ».

Il a dit aussi ne pouvoir « imaginer que le rassemblement des écologistes fasse l’économie de l’altermondialiste José Bové. » ( 1,32 % au premier tour de la présidentielle.)

Noël Mamère conclut : « Il ne peut y avoir d’interdit ».

 

Apparemment la calculette est plus utile que les idées. En théorie, 1,57 % plus 1,32 %, ce sont presque 3 % des voix qui sont engrangés ! Mais qui peut croire au report systématique des voix obtenues par un candidat spécifique sur un œcuménisme circonstanciel de l’écologie ?

 

Denis Baupin, adjoint Vert à la mairie de Paris, a déclaré, le 9 août, être « très pour » le rassemblement prôné par Daniel Cohn-Bendit.

L’essentiel n’est-il pas de tenter de faire élire ou réélire quelques têtes bien pensantes de « l’écologie » ?

La lecture attentive de la profession de foi de José Bové, candidat à la présidentielle de 2007, est très instructive en ce qui concerne l’écologie. Sur une double page il se définissait : « Je suis un candidat différent des autres. Syndicaliste paysan, militant altermondialiste, citoyen engagé, je n’appartiens à aucun parti politique. »

Il consacrait un paragraphe entier : « Combattre toutes les discriminations »…paragraphe dans lequel il omettait toutefois d’évoquer la discrimination à l’égard de l’animal !!

L’estime légitime que l’on peut éprouver pour José Bové et son courageux combat contre les OGM ne peut toutefois masquer son absence d’engagement écologique.

Noël Mamère qui prône cette « Europe écologie » est lui-même un fervent admirateur de la corrida.

De quelles ONG environnementales s’agit-il ? Quels sont les représentants prévus de la société civile ?

 

« Il ne peut y avoir d’interdit » affirme Noël Mamère…sauf apparemment pour les défenseurs des animaux.

Alors, « Europe écologie » : qu’irions-nous faire dans cette galère ?

 

Jean-Claude Hubert

Secrétaire Général de Tous  Vivants

Commenter cet article