Différenciation vestimentaire et discrimination sexiste

Publié le par Tous Vivants

 

D’après une dépêche AFP en date du 17 juin.

 

58 députés ( 3 PCF, 7 PS, 43 UMP, 2 NC, 3 NI), emmenés par le député PCF : André Gérin, ont demandé la création d’une commission d’enquête parlementaire sur le port en France de la burka ou du niqab, le voile intégral revêtu par certaines femmes musulmanes.

 

Apparemment depuis des millénaires les attributs vestimentaires des femmes et ceux des hommes ont été différents : la morphologie des unes et des autres l’expliquant sinon le justifiant.

 

Les cultures, les climats, les modes ont apporté à la fois la variété et la continuité dans les vêtements. A chaque fois les variations s’accompagnaient d’une certaine liberté. Le vêtement illustrant souvent le niveau ou la classe sociale.

 

Le port de la burka ou du niqab répond, lui, semble-t-il à une double contrainte imposée : la contrainte religieuse et la contrainte du machisme.

 

Le port d’un « couvre chef » est traditionnel aux trois grandes religions du livre : femmes et hommes. Signe personnel distinctif d’appartenance public. Signe éminemment respectable dans le cadre du choix respectif de chacune et de chacun. L’idéologie humaniste a d’ailleurs avec plus ou moins de succès continué le port du « chapeau ».

 

Mais contrairement à ce choix personnel associé à une contrainte religieuse, le port imposé par un pouvoir patriarcal de la burka ou du niqab relève d’une discrimation sexiste injustifiée et insupportable.

 

Loin de l’idée de minimiser le fait que beaucoup de femmes musulmanes en raison de leur foi puissent non seulement accepter ce port mais au besoin le défendre, loin de l’idée de faire un amalgame entre le choix religieux et la discrimination sexiste, c’est la seule discrimination sexiste que TOUS  VIVANTS condamne.

 

C’est clair : ce ne sont ni la différenciation vestimentaire, ni la symbolique religieuse du vêtement  mais l’injustifiable, l’inqualifiable discrimination machiste qui est condamnée.

 

TOUS  VIVANTS rappelle refuser toute discrimination à l’égard de tout être sensible humain et non humain.

 

Une interdiction en termes solennels et législatifs de la burka dans les lieux publics, par exemple, sans une dénonciation virulente de la descrimination sexiste n’amliorerait en rien le sort de ces femmes.

 

TOUS  VIVANTS

http://www.tousvivants.org

****

« Nous n’avons pas créé TOUS  VIVANTS pour avoir le Pouvoir mais pour donner du pouvoir à celles et ceux qui partagent cette éthique et ces valeurs. »

Isabelle SOUBIRAN

Présidente fondatrice

Publié dans Actualités

Commenter cet article

Jean-Claude+Hubert 19/06/2009 22:19

Ce commentaire de Pierre Bail est très pertinent. Certaines cultures s'imposent chez autrui en refusant toute introduction chez elles.

Les échanges interculturels doivent s'effectuer dans le cadre strict de la réciprocité.

La tolérance unilatérale ne peut qu'être la source de conflits.

Pierre+BAIL 19/06/2009 09:56

Bonjour à toutes et tous,
Est ce que quand vous allez dans un pays où la religion musulmane domine, vous portez, mesdames, des mini jupes, où comme en France, vous vous promenez avec de nombreuses parties de votre corps dénudées, où messieurs vous buvez de l'alcool. Non ! vous vous confortez aux lois et traditions du pays. Quand vous avez quelqu'un qui vous fait un chèque et qui vous tend une pièce d'identité, mais que vous ne pouvez pas voir son visage, que pouvez faire. La moindre des corrections est de respecter les traditions du pays où vous vous trouvez. Quand à ceux qui se sont orientés vers une religion, cela ne me gène en aucune manière. AMICALEMENT