Les facteurs déclenchants

Publié le par Tous Vivants

 

 

Il serait plus approprié et plus juste de parler de « phénomènes ou de processus d’émergence ».

 

L’évolution - de qu’il est convenu d’appeler- « des mentalités » se fait progressivement, pratiquement à notre insu.

 

Quand elle devient émergente, cette évolution reste chaotique avant de se généraliser dans les consciences.

 

L’esclavage, en France, est aboli par un vote en 1794 des députés de la Convention. Rétabli par Napoléon 1er en 1802, l’esclavage est définitivement aboli en 1848, sous l’effet de synergie entre une forte poussée éthique et la technologie naissante qui le rendait moins nécessaire.

 

Il en fut de même pour l’abolition de la peine de mort. Il en fut de même pour la pénalisation de l’avortement et de la  publicité anti-nataliste.

 

Il en est aujourd’hui de même aussi bien à l’égard de l’homo phobie que de la discrimination à l’égard de l’être animal sensible.

 

L’humanisme avait permis d’espérer que le génie humain parviendrait à maîtriser tous les obstacles dressés contre  la toute puissance de l’Homme.

 

La mutation des virus (le petit dernier : A/H1N1), les catastrophes naturelles (tremblements de terre, éruptions volcaniques, cyclones…), les tragédies de toutes sortes…sont autant de rappels à plus de modestie.

 

Ces évènements cumulés sont autant de « facteurs déclenchants » qui favorisent la prise de conscience que l’être humain fait partie d’un tout – le Vivant-  dont il ne peut être le Maître.

 

Il est aujourd’hui considéré comme impossible de se faire entendre sur le thème de la régulation démographique de l’espèce humaine. Le dogme « Croître et multiplier » -religieux et humaniste-  paraît toujours absolu.

 

Sans aucun doute, la conviction que la population humaine ne peut augmenter indéfiniment sur une planète finie se met en place secrètement dans les esprits.

 

Seul un « facteur déclenchant » permettra à cette conviction d’émerger dans la conscience collective.

 

Peut-on prévoir la nature de ce « facteur déclenchant » ? Difficile !

 

« L’accès à l’eau potable » paraît aujourd’hui le plus probable car il est le facteur primordial du Vivant.

 

Hélas, les « facteurs déclenchants » sont, jusqu’à présent, toujours accompagnés de terribles souffrances.

 

La sagesse voudrait que nous n’attendions pas de souffrir pour intervenir.


TOUS  VIVANTS

http://www.tousvivants.org

****

« Nous n’avons pas créé TOUS  VIVANTS pour avoir le Pouvoir mais pour donner du pouvoir à celles et ceux qui partagent cette éthique et ces valeurs. »

Isabelle SOUBIRAN

Présidente fondatrice

isabelle.soubiran@tousvivants.org 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Francois+LITTERST 03/06/2009 14:08

Dand le Monde du 02/06/09 on peut lire :

"Flambée des prix alimentaires, des carburants et crise financière ont fait exploser le nombre de personnes souffrant de la faim en Asie du Sud-est.

La crise financière affame. En Asie du Sud-Est, plus de 400 millions de personnes ne mangent pas à leur faim, soit cent millions de plus qu'il y a deux ans, selon un rapport de l'Unicef. L'ampleur de la malnutrition est "scandaleux" dans les huit Etats de la région (Afghanistan, Pakistan, Inde, Bangladesh, Népal, Bhoutan, Sri Lanka, Maldives) où vivent 1,6 milliard d'habitants, a estimé le Fonds des Nations unies pour l'enfance".

Jean-Claude Hubert a raison de dire que les terribles souffrances humaines ne sont pas un facteur déclenchant. Par contre, le superficiel quotidien est largement débattu par les Medias.