La démocratie représentative en difficulté

Publié le par Tous Vivants

 

Le 7 juin se tiendront les élections européennes, à la proportionnelle, pour légaliser  les futurs députés du Parlement Européen.

 

D’après tous les sondages le taux d’abstention sera, dans chaque pays, très important. En France, il s’élèverait à plus de 50 %.

 

Lors des élections européennes de 2004 plus de deux électeurs sur trois s’étaient déjà abstenus en Pologne.

 

Ce désintérêt est justifié par beaucoup pour l’éloignement de « l’Europe » par rapport aux citoyens de chaque pays.

 

Pour d’autres, l’émiettement des circonscriptions électorales en grandes régions avec des candidats peu connus ou même inconnus ne suscite pas l’enthousiasme.

 

Pour d’autres aussi c’est le fait que les députés européens ne reviennent jamais exposer leur bilan devant leurs électeurs.

 

Pour d’autres encore les fonctions réelles du Parlement Européen semblent peu claires et apparaissent souvent comme peu favorables aux intérêts nationaux.

 

Pour d’autres, toujours, le nombre très élevé de listes paraît peu sérieux. En 2004, pas moins de 41 mouvements et partis politiques présentaient au moins une liste.

 

Mais pour TOUS  VIVANTS la véritable raison est ailleurs.

 

En dépit du nombre de listes il n’ y a pas de choix !

Tous les candidats se réfèrent à l’humanisme et en dépit des impasses où ce mode de pensée a déjà conduit, souhaitent toujours plus d’humanisme ou un nouvel humanisme, accentuant la discrimination entre l’être humain et la nature, entre l’être humain et l’être animal.

A cet unanimisme s’ajoute la banalité des thèmes proposés.

 

TOUS  VIVANTS souhaite que des débats jusqu’à présent tabous soient enfin ouverts et puissent donner lieu à l’expression démocratique.

 

Pourquoi serait-il éternellement tabou de débattre de la croissance indéfinie de la population de l’espèce humaine ? Pourquoi les termes de « stabilité » ou de « régulation » devraient-ils être censurés ?

 

Serait-il aberrant de vouloir combattre la discrimination à l’égard de la femme, de l’enfant, de l’étranger, de l’émigré  et plus globalement à l’égard de tout être sensible y compris de l’être animal ?

 

Pourquoi ne pas débattre des menaces et des conséquences du réchauffement climatique ?

 

Pourquoi ne pas débattre de la sauvegarde de la Nature, des ressources renouvelables, de la pérennité des espèces et de la garantie de leurs lieux de vie ?

Pourquoi débattre de la bioéthique sans débattre de l’éthique de responsabilité et de réconciliation qui nous incombe ?

 

Ce sont des thèmes d’avenir qui intéressent chacune et chacun d’entre nous et qui, par conséquent, nous inciteraient à aller voter.

 

Mais non, les Pouvoirs préfèrent les querelles de personnes, les petites phrases, les discours langue de bois, les injures ou les insultes !

 

Mais non, les Pouvoirs préfèrent des élus avec un pourcentage de voix inférieur au quart des inscrits.

 

Des élus en toute légalité mais qu’en est-il de leur légitimité ?

 

TOUS  VIVANTS

http://www.tousvivants.org

****

« Nous n’avons pas créé TOUS  VIVANTS pour avoir le Pouvoir mais pour donner du pouvoir à celles et ceux qui partagent cette éthique et ces valeurs. »

Isabelle SOUBIRAN

Présidente fondatrice

isabelle.soubiran@tousvivants.org 

Publié dans Actualités

Commenter cet article

Jean-Claude+Hubert 30/05/2009 10:24

L'élaboration d'une BIO politique ne peut être le fait d'une ou d'un seul ou même d'une poignée de personnes aussi bien intentionnées soient- elles.

La BIO politique est interactive. Elle est le fruit de multiples interlocuteurs dont la participation - quelle qu'elle soit - est importante. Pour plagier notre commentatrice ci-dessus, j'ajouterai : " ne dites jamais qu'il y a de "petite participation" !

Merci à toutes et à tous de faire émerger les conditions du bien-être et de l'épanouissement pour tout être sensible humain et non humain.

Jean-Claude Hubert
Secrétaire général de TOUS VIVANTS

ARONA MOREAU 30/05/2009 00:25

DEMOCRATIE DIRECTE + CONSEILLISME REPRESENTATIF, VOILA LE MEILLEUR DES SYSTEMES. POUR REFERENCE OU EXEMPLE, ALLEZ VOIR EN SUISSE...ET NE DITES SURTOUT PAS QUE C UN PTIT PAYS...SINON JADORE VOTRE SITE ET CHUI DANS LE MEME COMBAT KVOUS...MERCI

Francois LITTERST 28/05/2009 07:58

Cet article pose les bonnes questions et notamment en matière de régulation d'une croissance dans un espace fini. Quand on voit et vit les conséquences dramatiques de la gestion "sauvage" de la planète au quotidien on peut se demander jusqu'où nous irons dans l'expression de la misère et du malheur avant de réagir et de mettre en place une planification de la démographie ?