La discrimination absolue

Publié le par Tous Vivants

 

Vingt six jeunes gens sont actuellement jugés pour le rapt, la torture et le meurtre d’un jeune homme de leur âge.

 

Non pas qu’il s’agisse d’une bagarre mais de l’accomplissement d’une discrimination à l’état pur à l’égard d’une personne dont le seul tort était de « penser différemment », d’une personne née et cultivée dans un milieu différent.

 

Discrimination d’autant plus sordide qu’elle fut accompagnée d’une demande de rançon !

 

« Le procès est une bonne occasion de se demander comment on en est arrivé là : qu’en 2006, -date des faits – une bande de jeunes séquestre et torture quelqu’un de leur âge * » en raison de ses origines culturelles et ethniques.

 

Il est toujours possible de présenter le meneur de la bande comme un « débile léger » ou « doté de l’intelligence du vice », cela n’explique pas le silence complice des autres membres de la bande.

 

Exemple de discrimination absolue, exemple d’horreur absolue !

 

Déjà une association jure de venger la victime et offre une somme d’argent à qui s’en chargera.

La discrimination est l’exemple même de la violence sans fin.

 

Pendant des générations et des générations, pendant des années et des années, des responsables de tous bords se sont acharnés à justifier l’opposition, l’exclusion et l’extermination : les exemples du 20ème siècle sont malheureusement trop nombreux.

 

Les souffrances inimaginables de ce jeune homme doivent non seulement nous conduire à l’expression de la plus vive compassion à l’égard de sa famille mais aussi à prendre conscience que la seule solution possible est de renoncer au dualisme sous ses différents visages et de promouvoir une culture de l’indiscrimination.

 

Le droit d’autrui au respect ne tient ni à son appartenance à un sexe, une « race », une nation, un clan, une communauté ni à sa croyance en un dieu mais à sa capacité à éprouver le bien-être et la souffrance.

 

La discrimination exige de dévaloriser l’autre, de le rendre nuisible, d’en faire un déchet ou un ennemi afin d’annihiler tout sursaut dans la conscience de l’oppresseur.

 

La discrimination dès qu’elle s’incruste dans l’esprit n’a pas de limite à son champ d’expansion.

 

La souffrance infligée à l’animal est souvent le terreau des violences à l’égard des hommes.

 

Les violences de la chasse-loisir,  la barbarie de la corrida, de la cruauté de la vivisection  en discriminant l’être animal creusent le lit de la violence, de la barbarie et de la cruauté à l’égard des êtres humains.

 

Combattre la discrimination à l’égard des premiers c’est combattre la discrimination à l’égard de nos semblables.

 

Le martyre de ce jeune homme doit nous conduire à renoncer à toute discrimination de l’être vivant humain et non humain.

 

* Propos du journaliste du Monde qui a couvert l’enquête.

 

 

TOUS  VIVANTS

http://www.tousvivants.org

****

« Nous n’avons pas créé TOUS  VIVANTS pour avoir le Pouvoir mais pour donner du pouvoir à celles et ceux qui partagent cette éthique et ces valeurs. »

Isabelle SOUBIRAN

Présidente fondatrice

isabelle.soubiran@tousvivants.org 

 

Publié dans Actualités

Commenter cet article