N'ayez pas peur : vous n'êtes pas coupables !

Publié le par Tous Vivants

 

L’autorité des religions, de l’humanisme et de l’environnementalisme s’est maintenue depuis des millénaires, des siècles et des décennies en générant constamment dans les consciences deux sentiments de dépendance absolue : la peur et la culpabilité.

 

Pour les croyants ce fut la crainte de l’Enfer.

Le spectacle des condamnés brûlés vifs sur le bûcher donnait assurément à penser ce que devait être l’Enfer perpétuel !

 

Pour l’humaniste, privé de salut éternel, ce fut l’appréhension de la vieillesse et de la mort.

 

Pour l’environnementaliste actuel, c’est la survie de l’humanité qui fait débat. C’est la frayeur de l’effondrement total, de la catastrophe planétaire, du cataclysme final qui conduirait à la disparition de l’espèce humaine.

 

Cette peur a toujours été diabolisée par le sentiment de culpabilité personnelle : « Nous sommes tous pêcheurs, nous devons tous expier nos fautes et faire acte de contrition… »… « par notre comportement ou, au contraire, par notre passivité, nous sommes coupables de nos maladies, des pandémies, de notre mort et de celles des autres… »… « par notre mentalité, par nos agissements, par notre technologie, nous sommes coupables du réchauffement climatique, de la pollution de l’air, des eaux et des sols, de la disparition des espèces, de l’avenir incertain des générations futures…

 

Le procédé est simpliste mais son efficacité parfaite dans un monde où le Bien et le Mal, le Vrai et le Faux, le Pur et l’Impur, le Pour et le Contre étaient nettement définis.

 

Ce n’est plus le cas aujourd’hui !

 

TOUS  VIVANTS affirme que notre vision du monde, de simple est devenue complexe, que les philosophies et les idéologies désormais s’enchevêtrent en perdant leur absolu et leur universel…pour devenir relatives.

 

L’être humain n’est pas le Maître de l’Univers. Sa culture historique et ses traditions le conduisent à la violence, à la cruauté et à la barbarie à l’égard de ses semblables comme à l’égard des autres espèces.

 

C’est la culture de l’être humain – et non sa nature – qui détermine ses jugements et ses comportements.

 

Sa décision de s’approprier la planète et ses ressources est une décision culturelle.

 

La peur est culturelle. La culpabilité est culturelle.

 

Des appels de plus en plus nombreux sont lancés pour « produire autrement, consommer autrement, s’alimenter autrement, se déplacer autrement… »

 

Ne serait-il pas plus sage et plus efficace d’inviter à …penser autrement pour une nouvelle culture, pour une culture du Vivant

 

 

TOUS  VIVANTS

http://www.tousvivants.org

****

« Nous n’avons pas créé TOUS  VIVANTS pour avoir le Pouvoir mais pour donner du pouvoir à celles et ceux qui partagent cette éthique et ces valeurs. »

Isabelle SOUBIRAN

Présidente fondatrice

isabelle.soubiran@tousvivants.org 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article