Qu'il soit flore ou faune, le Vivant s'impose à l'humanité

Publié le par Tous Vivants

 

Quand l’Hindouisme, le Bouddhisme, le Judaïsme, le Christianisme, l’Islamisme et l’Humanisme furent élaborés, leurs initiateurs – tous masculins : ère patriarcale – ne pouvaient que constater des espaces à peupler et un environnement hostile.

 

D’où l’appel commun à « croître et multiplier », d’où l’invitation à maîtriser et soumettre la Nature.

 

D’où aussi, très vite, la discrimination non seulement à l’égard des femmes mais aussi à l’égard des animaux.

 

Aux unes, on dénie « l’âme », aux autres, la souffrance.

 

3 000 ans de discrimination !

 

Les vigoureuses associations féministes ont accompagné l’évolution du statut des femmes : égalité devant l’éducation, droit de vote, maîtrise de son corps…

 

Les non moins vigoureuses associations de Protection Animale n’ont pas eu le même succès. La raison est que l’animal dans le cadre de la pensée actuelle ne peut accéder au processus d’humanisation. [ En dehors des fables d’Esope et de Jean de la Fontaine]

 

Il aura fallu la pollution des eaux et des sols, la déforestation, la disparition accélérée des espèces, l’urbanisation intensive…pour provoquer une prise de conscience essentielle. Celle que cite notre Présidente, Isabelle SOUBIRAN dans son éditorial (page d’accueil de notre site) :

 « Parce que sans les végétaux, sans les animaux, l’Homme n’est plus ! »

 

Soudain, le Vivant, une notion jusque là floue et inconsistante, se concrétise et tout particulièrement au travers de l’animal.

 

Cet animal qui, tout à coup, devient un être sensible. 

 

Les découvertes de similitude entre les différentes espèces révélées par le décryptage des ADN contribuent à l’émergence de ce « Vivant » humain, certes, mais aussi non humain.

 

Le Vivant définit désormais le cadre dans lequel toutes espèces confondues – y compris humaine – nous coévoluons.

 

L’animal n’est plus la « menace » pour assagir les jeunes enfants. L’animal, pour beaucoup d’entre nous, est devenu un « compagnon ».

 

Les civilisations de l’écrit avaient remplacé les civilisations de l’oral.

 

Les civilisations du Vivant émergent aujourd’hui !

 

TOUS  VIVANTS

http://www.tousvivants.org 

 

****

« Nous n’avons pas créé TOUS  VIVANTS pour avoir le Pouvoir mais pour donner du pouvoir à celles et ceux qui partagent cette éthique et ces valeurs. »

Isabelle SOUBIRAN

Présidente Fondatrice

isabelle.soubiran@tousvivants.org 

tel : 06 74 02 48 79

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

samuraï 12/04/2009 21:29

Si la plupart des humains mangeant de la viande devaient tuer leur animal, il y aurait une grande majorité d'entre eux qui deviendraient vite végétariens. Les restants se sentiraient rapidement génés et le deviendraient également...

Le végétalisme est le moyen de se nourrir le plus équitable et le plus sûr pour conserver une excellente santé !