Article du 21/03

Publié le par Isabelle SOUBIRAN

Au Directeur de la Redaction,

Monsieur,

Dans le journal l'Alsace du 21/03/09, on peut lire l'article sur l'arrivée de l'Ethanol dans la distribution en France. Cet article présente dans ses grandes lignes, une information qui est erronée, grave de conséquences et qui doit être nécessairement amendée comme suit :

En 2009, la planète compte près de 7 milliards d'habitants et n'arrive pas à nourrir environ 1 milliard d'individus. En moyenne chaque jour, 23 500 personnes en majorité des enfants, meurent de faim dans des souffrances atroces et indescriptibles.


Ecrire que l'éthanol est produit à partir de betteraves et qu'il ne va donc pas aggraver la crise alimentaire, n'est pas acceptable en ces termes pour deux raisons qui sont d'une part pour des raisons d'éthique car les terres utilisées pour les betteraves pourraient être utilisées pour produire du blé et nourrir les populations affamées et d'autre part, parce que la demande de viande est croissante de par le monde et que les betteraves conviennent bien pour la nourriture du bétail.
Je vous prie également de trouver ci-joint, l'article que j'ai rédigé en tant qu'expert sur le bioéthanol.

Cordialement

Francois LITTERST

Membre de différentes associations pour la survie du vivant :
http://www.tousvivants.org/
http:// www.demographie-responsable.org/

Le Bioéthanol, une vaste tromperie organisée !

L’objectif du gouvernement français paraît intéressant : inciter les constructeurs d’automobiles à mettre sur le marché des véhicules « flex fuel » c’est-à-dire capables de rouler indifféremment avec de l’essence ou de l’éthanol et promouvoir ainsi une filière agricole fournissant la matière première. Cette nouvelle activité entraînerait des créations d’emploi dans l’agriculture, dans l’industrie de production de l’éthanol, dans la distribution et aussi dans l’industrie automobile par l’étude et la réalisation de moteurs adaptés. Cerise sur le gâteau, le nouveau carburant vert serait moins créateur de gaz à effet de serre. La promotion des ventes de ces nouveaux véhicules verts se ferait donc sous la bannière écologique.

Une belle histoire, mais qui ressemble d’avantage à un conte de fée pour enfants. Car la réalité est toute autre. Un haut fonctionnaire de Bercy Dominique Viel auteur d’Ecologie de l’apocalypse (Editions Ellipses) écrit : « si la combustion du biocarburant ne dégage que des gaz à effet de serre mineurs, ce sont les consommateurs intermédiaires, tracteurs, engrais, épandage, irrigation …qui sont sources d’émissions de CO2 ».

Des chercheurs de l’université de Cornell et de celle de Berkeley aux USA ont démontré que la fabrication de l’éthanol à partir de céréales consomme globalement 30% d’énergie en plus que celle libérée lors de sa combustion.

En somme, beaucoup d’activité, du travail, de l’agriculture intensive avec des pesticides polluant la nappe phréatique pour un bilan énergétique et écologique désastreux.

Mais ce n’est pas tout. Il faudra bientôt choisir entre rouler ou manger car même si toutes les terres cultivables étaient consacrées aux biocarburants, on serait loin de couvrir les besoins. En attendant, le prix du blé, par l’accroissement de la demande ne cessera de grimper avec des risques de pénuries de farine entraînant ainsi des famines dans les pays les plus pauvres.

Mais peu importe toutes ces considérations économiques et humanitaires. Le dossier Ethanol est avant tout un dossier financier qui devra générer du profit pour certains, de l’activité pour d’autres. Lorsque l’on se rendra compte qu’il s’agit d’une erreur, les promoteurs et les différents profiteurs de la filière se seront enrichis grâce aux contribuables, résignés comme d’habitude qui prendront en charge, le compte immense des pertes.

Il n’est peut-être pas trop tard pour réagir. Aussi, je conjure tout d’abord le gouvernement français de revoir d’urgence sa copie, avant de nous faire travailler non pas pour rien, mais avec des pertes et des nuisances sur tous les plans, sauf pour une minorité.

Ensuite, je l’invite à promouvoir les transports en commun, les déplacements en bicyclette en développant les pistes cyclables pour permettre au plus grand nombre y compris les écoliers à se rendre en vélo sur leur lieu de travail ou dans leur école. Il s’agit de créer des conditions de sécurité et des infrastructures suffisantes pour permettre à ceux qui le désirent de rouler pas cher et écologique. Le gain sur le plan de la santé grâce à l’exercice physique, n’est pas non plus à négliger. Il faut donc pour le gouvernement, repenser la ville, les infrastructures routières, la circulation, le travail, la vie. Pour illustrer ce dernier propos, je citerai l’exemple de ces parents qui à tour de rôle encadrent en vélo, les enfants se rendant à l’école. Bravo pour de telles initiatives et carton rouge pour le gouvernement.

Rév. du 09/08/2007/François LITTERST / Ingénieur diplômé en génie énergétique et en Etudes Supérieures de l’Administration des Entreprises

Bibliographie : Ecologie de l'apocalypse de Dominique Viel Ed. Ellipses

Commenter cet article