Des valeurs "historiques" aux valeurs "biologiques"

Publié le par Tous Vivants

L’évolution des techniques, des moyens de transports, des mœurs est habituellement bien admise, bien comprise, peut apparaître même « évidente ».

 

Mais les valeurs, les valeurs dites « historiques »  sont enseignées comme étant permanentes, inusables, non  susceptibles d’êtres modifiées. Sans revenir sur les valeurs dogmatiques de la croissance, de la compétition, du profit…il est possible d’évoquer des valeurs apparemment moins évidentes mais qui n’en sont pas moins foncièrement culturelles.

 

Nos sociétés défendent, par exemple,  les valeurs du patrimoine, bien commun de la collectivité humaine.

 

L’architecture « nostalgique » des nobles siècles passés mobilise  -non sans raison – des millions d’euros et des milliers de professionnels chaque année. Des tableaux inestimables, des bijoux incomparables énorgueillissent l’esprit humain.

 

Les archéologues, les historiens, les écrivains entretiennent ce foyer de culture du patrimoine.

 

Curieusement, chaque année, des centaines d’espèces animales et végétales disparaissent dans la plus grande indifférence.

 Et lorsque quelques associations se battent pour une espèce protégée ou une petite fleur rare, c’est souvent encore au nom du patrimoine de l’humanité. Comme si la nature, les fleurs, les animaux nous « appartenaient » !

 

Les hommes politiques, les économistes défendent les forêts primaires non pour garantir la biodiversité mais parce qu’elles sont susceptibles de receler la plante qui pourra guérir « la » maladie de demain.

 

« L’environnement » est le nouveau sésame des âmes sensibles écologistes ou pas. « Le développement durable », la panacée d’un monde économique aux abois. La politique « verte », l’illusion de faire tout autrement.

 

Les valeurs « historiques » se déguisent pour subsister, pour survivre…mais elles sont incapables d’affronter les questionnements, les défis et les menaces de notre époque.

Qu’en est-il du Vivant, qu’en est-il de la Nature, qu’en est-il de la biodiversité, qu’en est-il de la cruauté et de la barbarie à l’égard de l’animal ? Qu’en est-il de la discrimination ? Qu’en est-il de la surpopulation humaine ?

 

La sauvegarde d’une plante non parce qu’elle est utile mais tout simplement parce qu’elle existe, est une valeur biologique.

 

Abolir la tuerie de la chasse-loisir, abolir la cruauté de la corrida, abolir la barbarie de l’expérimentation animale, est une valeur biologique.

 

Préserver les lieux de vie pour pérenniser les espèces est une valeur biologique.

 

Lutter pour l’indiscrimination à l’égard de la femme et de l’enfant est une valeur biologique.

 

Ces valeurs biologiques se substituent progressivement aux valeurs historiques.

 

TOUS  VIVANTS

http://www.tousvivants.org

****

« Nous n’avons pas créé TOUS  VIVANTS pour avoir le Pouvoir mais pour donner du pouvoir à celles et ceux qui partagent cette éthique et ces valeurs. »

Isabelle SOUBIRAN

Présidente Fondatrice

iabelle.soubiran@tousvivants.org

tel : 06 74 02 48 79

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article