Le nouveau rapport à l'animal

Publié le par Tous Vivants

Le nouveau rapport à l’animal se définit par le concept très innovant – pour ne pas dire « révolutionnaire » au sens copernicien du terme – « d’être vivant sensible humain et non humain ».

 

Ce concept comble le fossé entre l’être humain et l’être animal sensible.

 

Cette notion, du particulier aux Instances de l’Union Européenne, traverse désormais les champs associatifs de la défense et de la protection animale et quelques partis politiques dont le nôtre : TOUS  VIVANTS.

 

L’Union Europénne vient d’élaborer un questionnaire sur « Votre attitude envers la réglementation du piégeage dans l’UE. »

 

Dans les informations de référence (de ce questionnaire)  il est évoqué, par exemple, « les normes du piégeage sans cruauté »…qui interdisent les « pièges à mâchoires. »

 

Le texte poursuit : « Un piège à mâchoire est défini comme un dispositif destiné à entraver ou capturer un animal à l’aide de mâchoires qui se referment étroitement sur un ou plusieurs membres de l’animal, empêchant ainsi le ou les membres en question d’échapper au piège. »

 

La question 7 est significative du but poursuivi :

 

«  Acceptez-vous en principe (souligné dans le texte) que des besoins humains ou environnementaux (y compris la prévention de dégâts sérieux ou pour des raisons de santé et de sécurité publiques) justifient la mise à mort d’animaux sauvages ?"

 

Trois réponses prévues et prises en compte :   OUI  -  NON   Ne sais pas

 

La formulation de cette question 7 implique une seule et même réponse : OUI !!

 

Les expériences de « la vache folle », de la grippe aviaire….ont conduit à des abattages systématiques sans qu’il ait été demandé quoi que ce soit sur leur opportunité.

 

Le fait d’interroger sur le « très spécifique » « piégeage » permet de masquer l’horreur injustifiable de la corrida, par exemple.

 

Imaginons un instant (rêvons un instant !) que l’UE ait posé la question : « Acceptez-vous en principe que les besoins humains de spectacles et de loisirs justifient la mise à mort de taureaux dans les arènes ? »

 

Mais non, aujourd’hui encore, l’UE est le miroir des lobbies de la chasse sous toutes ses formes (piégeage y compris), des lobbies de la corrida, des lobbies des laboratoires d’expérimentation animale…

 

Certes, surtout ne refusons pas toute mesure susceptible d’adoucir les souffrances de l’animal.

 

Mais ne soyons pas dupes : un tel questionnaire est surtout destiné à freiner et retarder le plus possible les avancées de ce concept BIO politique «  d’être vivant sensible humain et non humain. »

 

TOUS  VIVANTS

 

******

« Nous n’avons pas créé Tous  Vivants pour avoir le Pouvoir mais pour donner du pouvoir à celles et ceux qui partagent cette éthique et ces valeurs. »

Isabelle  SOUBIRAN

Présidente-Fondatrice

Publié dans Mesures concrètes

Commenter cet article

jean-claude Hubert 28/01/2009 09:00

Vous soulevez là un véritable défi : quel organisme indépendant du lobby de la chasse et du Pouvoir pourrait en rendre compte ?

Pour des raisons électoralistes tous les partis traditionnels préfèrent "fermer les yeux".

Jean-Claude Hubert
Secrétaire Général de Tous Vivants

LITTERST Francois 27/01/2009 13:27

Le questionnaire est dirigé pour dire oui. Tout anaimal qui gêne est un animal mort. Les sangliers qui font tant de dégâts paraît-il ont proliféré uniquement parce que les chasseurs les nourissaient et les nourrissent encore pendant la période hivernale