L'erreur serait de...

Publié le par Tous Vivants

L’erreur serait de….

 

…croire que désormais la priorité des urgences et l’urgence des priorités sont de tout consacrer : temps, énergie et milliards de dollars et d’euros à reconstruire l’appareil financier et bancaire qui a conduit où nous en sommes et où nous retomberions s’il était reconstruit !!

 

…croire que désormais il y a d’autres choses à faire que de s’occuper des êtres animaux !

 

Je suis atterré de constater que la grande majorité des gens considère encore le Respect du Vivant et le Respect de l’être animal comme des « superflus » pour personnes farfelues qui n’ont rien d’autre à faire !!

 

Je suis atterré de constater le mépris pour ne pas dire l’animosité de nos interlocuteurs dès que l’on évoque la similitude de capacité de l’être humain et de l’être animal à ressentir la souffrance et à éprouver le bien-être.

 

Je suis atterré de l’archaïsme des « biens pensants » qui imaginent toujours le monde avec les lunettes du passé.

 

Je suis atterré par les querelles byzantines des intellectuels, savants et politiciens qui se disputent encore pour savoir si nous souffrons d’un manque ou d’un trop plein d’humanisme !

 

Quatre décennies d’écologie environnementaliste se résument aujourd’hui au vide grenier du Grenelle de l’Environnement : c’est tout dire !!

 

L’erreur est de croire qu’en raison de la crise (ou plutôt des crises simultanées) il faut mettre le Vivant entre parenthèses.

 

Retrouver la croissance économique et la croissance démographique ne peut que conduire à l’anéantissement définitif du Vivant.

 

Réveillons – nous !

 

Le seul espoir réside aujourd’hui dans la valorisation du Vivant, dans le Respect du Vivant, dans le Respect de tout être sensible humain et non humain.

 

Le seul espoir réside aujourd’hui dans la BIOpolitique valorisée par Tous Vivants 

Jean-Claude Hubert

Secrétaire Générale de Tous Vivants  

Publié dans Infos - Communiqués

Commenter cet article