De l'écocitoyenneté à la biocitoyenneté

Publié le par Tous Vivants

 

 

De l’écocitoyenneté à la biocitoyenneté

 

Nul ne met en doute les profondes mutations qui agitent les sociétés contemporaines.

 

La population humaine sur la Terre augmente chaque jour de 200 000 personnes.

 

200 000 personnes dont nul ne peut nier l’impact  écologique supplémentaire sur la planète tant sur l’accroissement des infrastructures ( logements – transports – écoles …) que sur la consommation des ressources et l’aggravation des déchets et pollutions.

 

La citoyenneté est un concept né de la pensée humaniste dans un cadre « environnemental » de grande stabilité et dans l’équilibre apparent entre démographie, production et renouvellement.

 

Le triplement de la population mondiale en moins d’un demi siècle a fait exploser cette belle harmonie !

 

En réaction à la dévastation de la Nature, à la dégradation des lieux de vie (biotopes), à la disparition accélérée des espèces est né le concept d’écocitoyenneté dont l’objectif premier est de faire prendre conscience de la fragilité de « l’environnement » et dont l’objectif second est de préserver les ressources.

 

L’écocitoyenneté repose sur quatre piliers :

 

1)      l’éducation environnementale

2)      l’éducation à l’action citoyenne

3)      la prise de conscience collective des acteurs à la protection de l’environnement

4)      la participation des acteurs à la valorisation des composantes de l’environnement.

 

Les idées sont généreuses mais leurs promoteurs commettent une erreur fondamentale : ils affirment la possibilité de « sauver » l’environnement tout en acceptant une croissance démographique exponentielle.

 

L’écocitoyenneté est l’image même de l’impossible « développement durable » vanté par tous les tenants de la « croissance ».

 

Des esprits réalistes savent que si l’on veut éviter que la tasse continue de déborder la première chose à faire est d’arrêter de verser !!

 

D’où l’émergence d’un nouveau concept réaliste et approprié : la biocitoyenneté.

 

La biocitoyenneté dont le premier principe est de promouvoir la régulation de la population de l’espèce humaine.

 

Beaucoup d’autres valeurs caractérisent cette biocitoyenneté : citons, par exemples, l’affirmation que le bien-être et l’épanouissement de la vie humaine et non humaine sont des valeurs en soi, l’exigence de promouvoir l’indiscrimination à l’égard de tout être sensible humain : femmes, enfants, personnes âgées, handicapées et à l’égard de tout être sensible non humain : l’être animal.

 

Et aussi adapter les nouvelles technologies aux réalités énergétiques renouvelables et non polluantes….

 

Et encore promouvoir une éducation et une culture éthique pour le Respect du Vivant…

 

Avec la biocitoyenneté nous assistons à la « révolution du Vivant »

 

Les bisbilles internes des partis traditionnels, bipolaires, archaïques et obsolètes nous paraissent bien dérisoires….

 

Jean-Claude Hubert

Secrétaire Général de Tous Vivants

Commenter cet article