Le G Vain, pitoyable, oublie encore le Vivant

Publié le par Tous Vivants

Qu’ils soient 7, 8 ou 20 les pays les plus riches, les plus industrialisés, fascinés par l’ Argent, adeptes du culte de la Croissance et du Profit, représentant…. 99 % des dévastations de la planète n’ont qu’une hâte : restaurer la magnificence de leur « culte ».

 

Qu’importe s’ils accroissent le chômage, la pénurie des ressources, les famines, la pauvreté, la misère et leurs cortèges de souffrances !!

 

Qu’importe s’ils accélèrent la dégradation de la Nature, la désertification des terres, la pollution des sols, des eaux et de l’air, la disparition des espèces… !!

 

Qu’importe s’ils méprisent les conditions de travail, l’éducation des enfants, la santé des plus humbles et des plus fragiles.

 

Qu’importent s’ils accentuent la discrimination à l’égard de leurs semblables et de l’être animal !!

 

Qu’importe si…le Vivant est le dernier de leur souci !!

 

Pitoyable est l’ego de chacun des chefs d'Etat pour apparaître le sauveur, le rédempteur de l’humanité tout en condamnant la planète.

 

« Plus jamais cela ! » clament-ils en présentant des plans de relance, des processus de régulation, des mesures de transparence…

 

Alors qu’il s’agit d’une crise systémique que les pyromanes d’hier déguisés aujourd’hui en pompiers voudraient faire apparaître comme de petites crises ponctuelles (financière, économique, alimentaire, sociale…) à « médicaliser » spécifiquement !

 

C’est tout le système de la Croissance (PIB, production, Démographie..), du Développement, « Du Tout Economique », de la discrimination à l’égard de l’être animal (chasse, corrida, expérimentation animale, captivité de la faune sauvage…) qui s’effondre !

 

Le Vivant, le Respect du Vivant, le Respect de tout être sensible humain et non humain doivent générer une nouvelle vision des êtres et des choses et promouvoir une société éthique.

 

Jean-Claude Hubert

Secrétaire Général de Tous Vivants

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article