De la géopolitique à la BIOpolitique

Publié le par Tous Vivants

 

     

 Dans un remarquable article du Monde Diplomatique de novembre 2008, sous le titre « A l’aube d’un siècle postaméricain », Alain GRESH  évoque les mutations actuelles des relations internationales d’influence.

Sans doute a-t-il raison d’évoquer à la fois un « monde unipolaire et dominé par l’Occident » entrain de céder sa place à une « nouvelle géopolitique marquée par la multiplication des acteurs influents. » Et de noter l’ascension de la Chine, de l’Inde, de la Russie et du Brésil.

 

Les crises financières et économiques ont marqué, semble-t-il, définitivement, la fin de l’hégémonie occidentale.

 

Mais cette réflexion  aussi pertinente soit- elle ne fait que traduire un glissement des puissances militaires, financières et économiques d’un continent à l’autre. Pas un instant pour se demander si cette « géopolitique » a encore un sens ?

 

En rester au développement de l’arsenal militaire, à la prolifération de produits souvent aussi éphémères qu’inutiles, à la compétition à coups de délocalisation, de dégradation des conditions sociales et de travail forcé….conduit à masquer les réelles avancées du bien-être.

 

La quantité, le « toujours plus » cèdent la place à la qualité de vie.

 

La qualité des  transports et du logement, la confiance dans la sécurité des biens et des personnes deviennent de nouvelles exigences.

 

Le rythme biologique du travail professionnel, du temps personnel et de loisirs, du temps relationnel s’accommode mal de la course à croissance et au profit.

 

La conservation des ressources, des espèces et de la Nature, le Respect du Vivant et de tout être sensible seront demain les critères de BIOpolitique qui valoriseront la notoriété des pays et des Etats dans la nouvelle échelle de valeurs.

 

Jean-Claude Hubert

Secrétaire Général de Tous Vivants

 

Publié dans Actualités

Commenter cet article