La semaine mondiale de l'eau

Publié le par Tous Vivants

La semaine mondiale de l’eau s’est déroulée du 17 au 23 août en Suède, au Stockolm International Fairs and Congress Center

Près de 2500 scientifiques, hommes politiques et officiels de 140 pays se sont rassemblés pour trouver les moyens de résoudre les défis posés par l’eau au niveau mondial.

 

Cette conférence internationale a abordé de nombreuses questions liées à l’eau notamment l’hygiène et le climat.

Elle a mis l’accent sur le problème d’assainissement que existe encore à travers une grande partie de la planète

 

Ce rassemblement avait donc pour but de renforcer les capacités de mise en place des partenariats et de suivi des processus et programmes internationaux sur l’eau et le développement. Cette Semaine mondiale de l’eau a lieu chaque année.

 

 « Des milliards de personnes dans le monde vivent sans accès  durable à l'eau potable ou souffrent de maladies dues aux  mauvaises conditions d'hygiène", a déclaré M. Berntell lors de l’inauguration de la Semaine mondiale de l'eau.

La raison de la multiplication des difficultés liées à l'eau n'est  pas le changement climatique, mais l'augmentation accrue de la  population mondiale » a-t-il  ajouté

 

Selon des estimations, 30% de la population mondiale dans 50 pays souffriront de pénuries d'eau en 2025.

 

Seule la prise de conscience de la situation par les politiques, d’une part et la prise de conscience de la population globale pourraient apporter des solutions efficaces

 

Il ressort de ces discussions que le besoin en eau d’un pays est lié à son alimentation

 

« L’empreinte en eau d’un produit (installation, bien ou service) correspond au volume d’eau fraîche utilisée à tous les stades de sa chaîne de production. L’empreinte en eau est également sa « teneur en eau virtuelle ». Par exemple, pour produire une tasse de café, il faut au total 140 litres d’eau ; pour un kilo de bœuf, il en faut 16 m³ (16.000 litres). L’empreinte en eau est le volume total d’eau fraîche utilisée directement et indirectement dans le cadre d’une activité et de celles qui y sont liées, en ce compris l’eau utilisée dans la chaîne d’approvisionnement. »

 

 

               Il s’avère que l’agriculture mal adaptée entraîne une consommation d’eau exagérée (irrigation, cultures inadaptées au climat, au sol etc…)

 

                Ainsi que le gâchis énorme de denrées alimentaires survenant lors des phases de transport, stockage et consommation.

 

Incroyable mais vrai, aux USA, les 30 % de nourriture gaspillés chaque année correspondent à 40 000 milliards de litres d’eau, soit de quoi couvrir les besoins de 500 millions de personnes.

                De plus le mode d’alimentation occidental, avec une consommation importante de produits d’origine animale (lait, viande, etc.), se répand dans le monde entier. Ainsi les experts s’inquiètent en rappelant que la production d’un kilo de viande de bœuf nécessite 15 500 litres d’eau.

 

Conclusion

Il faut absolument diminuer la quantité de nourriture gaspillée d’au moins 50 % d’ici 2025, pour limiter les risques de pénurie concluent les participants à la semaine mondiale sur l’eau

 

***********

Cette information loin d’être surprenante, nous montre combien le gaspillage, apanage de notre époque est général. Il est loin le temps ou l’on disait à la campagne « il ne faut pas jeter le pain, ça porte malheur !  »

Effrayant de savoir tout ce qui est jeté dans la poubelle des supermarchés. Il parait que certains jeunes bien organisés vont « faire ces poubelles » consomment et  distribuent ces denrées soi-disant inutilisables.

Cette débauche d’eau est honteuse,. C’est d’autant plus révoltant que ce sont les mêmes personnes privées d’eau qui le sont aussi de nourriture

Cette orgie d’eau m’amène à évoquer la construction toujours croissante des piscines individuelles. Plusieurs mètres cube d’eau javellisée, stérilisée, sans vie, qui pique les yeux, où des enfants se noient chaque année, sans parler des hérissons ou autres petits animaux piégés par les parois rigides ? C’est devenu une mode : Chaque maison doit avoir sa piscine, même si chaque baigneur ne dispose pas de plus d’espace que dans sa baignoire !

Et ensuite on va assécher des mares et des étangs, milieux riches de vie de toutes sortes, insectes, batraciens, reptiles, plantes aquatiques….

Et je ne parle pas des piscines ou des golfs de milliardaires !!!!

Quel paradoxe ! Dans quel monde vivons nous  Est-ce bien sérieux ?

Marie José TRUCHEMENT
Membre de Tous Vivants

Publié dans Infos - Communiqués

Commenter cet article