Un triple danger vu par Jacques CHIRAC...puis par TOUS VIVANTS

Publié le par Tous Vivants

 

 Lundi 9 juin 2008, lors de la cérémonie du lancement de sa Fondation, Jacques CHIRAC s’est exprimé sur le fait qu’ « Un triple danger s’impose à nos consciences ».

 

Extrait de son discours rapporté par la presse :

 

« Depuis la fin des années 1980, un triple danger s’impose à nos consciences : le danger d’uniformisation de nos cultures, celui de la destruction de notre environnement, celui du scandale de la pauvreté. »

 

Apparemment clairvoyants et généreux, les propos de l’ancien Chef de l’Etat masquent pourtant la réalité objective.

 

Pour TOUS  VIVANTS, aussi, «  Un triple danger s’impose à nos consciences » mais il est autre.

Pour TOUS  VIVANTS, ce triple danger c’est le danger de l’excroissance démographique de l’espèce humaine, celui de la discrimination de l’être humain à l’égard de ses semblables et à l’égard de l’être animal, celui de la raréfaction de l’énergie du Vivant : l’eau !

 

Dans son discours Jacques CHIRAC affirme : « Il nous faut un mode nouveau de gouvernance qui prenne en compte l’urgente satisfaction des besoins de base encore refusée à une part trop importante de la population mondiale. »

 

Parlons justement de cette population mondiale.

 

Les faits sont têtus.

 

Pour un même gâteau, plus les convives sont nombreux et moins la part de chacun est grosse.

 

Pour une même planète Terre, plus les êtres humains sont nombreux et plus l’espace de chacun est réduit et moins les ressources de tous sont abondantes.

Prétendre le contraire relève d’un endoctrinement dogmatique et schizophrène.

 

Pour une même planète terre, plus il y aura de béton et d’asphalte et moins il y aura de lieux de vie pour les autres espèces animales condamnées à disparaître.

Prétendre le contraire relève d’un humanisme ravageur et archaïque.

 

M. le Président, vos propos optimistes ne parviennent pas à nous faire oublier les récentes « émeutes de la faim », les migrations écologiques et sociales….

 

Plein de bon sens, TOUS VIVANTS  demande la régulation de la population de l’espèce humaine.

 

Dans son discours Jacques CHIRAC affirme encore : « Un mode de gouvernance qui se projette, au-delà de cet horizon de simple survie et donne à chaque homme la possibilité d’offrir ce qu’il a de meilleur. »

 

Comment réaliser un tel objectif monsieur le Président sans évoquer l’indiscrimination : l’indiscrimination ethnique, sexiste, religieuse…

Là encore, monsieur le Président, vos propos généreux cachent mal la réalité de chaque jour.

Comment réaliser un tel objectif alors que la barbarie, la violence, la torture sont pérennisées à l’égard de l’être animal ?

 

Dans son discours Jacques CHIRAC conclut : « Si chacun se mobilise, à l’image de mes amis ici réunis, alors, peut-être pourrons-nous bâtir tous ensemble, dans le respect de l’identité de chacun et l’ouverture de l’autre, cette société mondiale de justice et de paix qui doit être notre seul horizon. »

 

Quelle justice ? Quelle paix ? Monsieur le président. Alors que les luttes et les guerres qui s’annoncent sont celles de l’accès à l’eau, véritable énergie du Vivant.

 

Monsieur le Président, dans votre discours au sommet de la Terre de Johannesburg, en septembre 2002, vous constatiez : « Notre maison brûle, et nous regardons ailleurs. »

 

Six ans plus tard, TOUS  VIVANTS constate que « notre maison brûle toujours" et que vous, Monsieur le Président vous continuez de regarder ailleurs, hélas !!


Jean-Claude Hubert

Secrétaire Général de TOUS  VIVANTS

Publié dans Actualités

Commenter cet article