La conscience désertée

Publié le par Tous Vivants

 

 


Nous avons longtemps hésité avant de choisir ce titre : «  La conscience désertée »

 

Il ne faut en effet ni jouer, ni plaisanter, ni « provoquer » en évoquant la conscience.

                              .

La conscience n’est-elle pas le bienfait essentiel de la culture humaine ?

 


Or, il est tragique de constater que son rôle se réduit comme peau de chagrin.

 


Il n’est pas une région, pas un pays où l’efficacité, la compétitivité et la rentabilité ne jouent à cache cache avec la conscience.

 


Il n’est pas un emploi qui ne doive garantir un maximum de profit.

 


Il n’est pas une ressource qui ne soit exploitée jusqu’à disparition.

 


Il n’est pas un rivage qui ne soit asphalté et bétonné.

 


Il n’est pas un loisir qui ne soit mercantilisé.

 


Il n’est pas un animal qui ne soit chassé, martyrisé, incarcéré, soumis à l’expérimentation pour un « plaisir pervers » ou le profit.

 


Il n’est pas une forêt qui ne soit trouée d’autoroutes et de voies ferrées.

 


Il n’est pas de lac ou d’étang qui ne soit dénaturé en base de loisirs.

 

….

 

De notre conscience, jour après jour, nous avons détruit les remparts et levé les barrières.

 


Jour après jour, les concepts, les principes, les valeurs qui y séjournaient se sont évanouis, emportés par le fleuve des égoïsmes et de la nonchalance.

 

 


Alors,…

 


Alors 150 000 morts, des centaines de milliers de blessés, des millions de sans abri, des millions d’affamés laissent notre consciente indifférente, fataliste, anesthésiée….

 


L’aide, la solidarité ont été confisquées, étatisées, commercialisées…sont devenues sources de propagande…

 


L’économie, les transports, la finance sont mondialisés mais le « secours », lui, est privatisé : c’est un avion américain gorgé de matériel qui atterrit à Rangoon, ce sont des vivres et des médicaments que la France met à disposition….

 

Quelle somme d’incohérences, de turpitudes, d’hypocrisie, d’escroqueries…sous couvert de générosité !

 

La marmite, dit-on, commence à bouillir par le fond. 


C’est à chacune et à chacun de nous d’apprivoiser les nouveaux concepts de non discrimination et de non violence active, les nouvelles valeurs de responsabilité et de réconciliation afin de revivifier la conscience pour le respect du Vivant, pour le respect de tout être sensible, humain et non humain.


Instance Décisionnelle 
de Tous Vivants

Publié dans Fondamentaux

Commenter cet article