La politique du Vivant : perspectives et prospectives

Publié le par Tous Vivants

 

 

 

D’emblée, Tous Vivants affirme rompre avec la politique du « saut de puce » de Nicolas Sarkozy : aux aurores à Rungis, le midi en Pologne, le soir à Vienne,… des "retraites" à la réforme des taxis, de la réforme judiciaire au prix du pétrole…

 

Certes, la politique du Vivant ne part pas de zéro !

 

Bien des émergences « biologiques » qualifient déjà les activités humaines, à commencer par l’agriculture dite « biologique ». Cette agrobiologie est une innovation dans le domaine de la production -consommation qui date d’un demi-siècle.

 

Citons aussi le développement du commerce équitable dont les produits sont non seulement vendus dans des officines spécialisées mais aussi dans certaines grandes surfaces.

 

Citons encore l’importance croissante des banques éthiques, des médecines dites « parallèles » ou « douces », de l’architecture bio -climatique…de l’alimentation bio-végétale…des loisirs de nature…

 

Citons enfin, sans prétendre être exhaustif, l’amélioration constante des comportements pour …détruire le moins possible !

 

Ainsi le pessimisme ambiant ou spécifique véhiculé par certains esprits chagrins n’est pas justifié.

 

Tous Vivants se réjouit de ces perspectives vers un mieux-être.

 

Mais il faut reconnaître que ces émergences, même confirmées, même amplifiées ne sauraient à elles seules constituer une politique du Vivant.

 

La politique du Vivant doit prendre appui sur des prospectives dans les domaines éducatif et culturel dont l’objectif actuel est, hélas, de reproduire systématiquement le modèle préalable. Le ministre de l’Education ne vient-il pas de rappeler qu’il souhaite un retour aux « fondamentaux » : calcul et lecture ?

 

La politique du Vivant doit prendre appui sur des prospectives dans les domaines de l’énergie et de l’eau –énergie du Vivant- afin de répondre à la fois à la pénurie de pétrole, au danger du nucléaire, au réchauffement climatique et à la raréfaction des ressources aquifères.

 

La politique du Vivant doit prendre appui sur des prospectives dans le domaine de l’éthique, sur la responsabilité de l’être humain non seulement à l’égard de ses semblables mais à l’égard de tout être vivant sensible. Responsabilité non seulement pour son environnement mais pour le respect de la Nature et de la biodiversité à l’échelle planétaire. 

 

Ce sont ces perspectives que « Tous Vivants » s’engage à suivre, coordonner et amplifier ;

 

Ce sont ces prospectives que « Tous Vivants » s’engage à mettre en œuvre pour le bien-être et l’épanouissement de toutes et tous.

 

C’est à chacune et à chacun de nous d’y participer.

 

Jean-Claude Hubert

Secrétaire Général « Tous Vivants »

Publié dans Infos - Communiqués

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article