La démarche de "Tous Vivants" : la relation interactive

Publié le par Isabelle SOUBIRAN

L’interactivité a envahi notre « environnement ». De la notice d’utilisation des médicaments jusqu’aux logiciels de nos ordinateurs, l’interactivité a conquis le droit de cité.

 

Le sens du terme « interactivité » a reçu, en quelques années,  une extension considérable. L’interactivité a conquis et fait fortune dans les champs scientifiques de la biologie et de la génétique, dans les champs des sciences humaines et sociales ainsi que dans ceux de la production…agrobiologique, par exemple.

 

Mais le véritable essor de l’interactivité s’est effectué dans les relations à l’autre, humain ou non humain.

 

Après les millénaires de hiérarchie à sens unique du pouvoir absolu, après les millénaires d’exploitation du plus faible par le plus fort, illustrée par l’esclavagisme et le colonialisme, après les millénaires d’opposition, d’exclusion et d’extermination dont le 20e siècle en particulier a été le miroir, émerge une relation interactive entre les différents partenaires.

 

Le débat interactif,  respectueux et constructif s’impose.

 

Les idées n’habitent pas le cerveau des hommes à la manière des fantômes qui hantent les châteaux anglais. Elles circulent dans le langage au travers des conversations les plus banales. La participation de chacune et de chacun devient possible et nécessaire.

 

L’interactivité n’a pas de frontières. L’interactivité n’a pas de Maîtres à penser.

 

Tout (e) adhérent(e) de « Tous Vivants » s’imposera une relation interactive, respectueuse et constructive – mais sans frilosité et dans la pérennité de nos convictions -,  avec les représentant(e)s des forces sociales, économiques, culturelles, éducatives, éthiques et politiques actuellement en place.

Instance Décisionnelle de Tous Vivants

Publié dans Fondamentaux

Commenter cet article