Les 4 "é" de Tous Vivants : L'Education

Publié le par Isabelle SOUBIRAN

L'éducation
 
Toute philosophie, toute civilisation a été pérennisée de génération en génération par l’éducation.
 
Le vase se souvient à tout jamais de son premier parfum !
 
L’éducation est le référentiel obligé de tout enracinement d’idée. Que les jeunesses soient qualifiées de « chrétienne », « juive », « musulmane », « bouddhiste », « hitlérienne », « communiste »…elles sont là pour apprendre à transmettre le flambeau de la religion, de la sagesse, de la philosophie ou de l’idéologie concernée.
 
La révolution française a conduit à ouvrir des « écoles de la République ».
 
Le rôle de l’éducation dans la transmission non seulement de la connaissance et des savoirs mais des compétences et des capacités, est donc primordial.
 
Cette éducation peut être figée et vouloir garder les choses en l’état, elle peut être dynamique et favoriser les capacités d’adaptation et les potentiels d’innovation.
 
La philosophie du « Respect du Vivant » se pérennise elle aussi par l’éducation et la culture.
 
Les « livres de Sciences Naturelles » ont déjà muté en livre de « Sciences de la Vie et de la Terre » avant de muter une nouvelle et prochaine fois en livres de « Sciences du Vivant » !
 
La philosophie du Vivant fait émerger trois nouvelles sciences « biologiques » :
 
L ’écologie : l’étude des milieux où vivent les êtres vivants ainsi que celle des rapports de ces êtres avec le milieu.
L’éthologie : étude spécifique des comportements des espèces animales dans leur milieu naturel.
La bionomie : étude qui définit les seuils d’utilisation d’un système biologique et les limites des conditions de développement et d’existence de différentes formes de vie dans des environnements changeants.
 
Une éducation appropriée, aujourd’hui, est donc une éducation capable de s’adapter aux mutations philosophiques majeures au travers de programmes rénovés et d’attitudes pédagogiques interactives.
 
L’éducation au Respect du Vivant ne se réduit pas à l’enseignement des sciences du Vivant, elle interfère dans tous les domaines de l’activité humaine.
 
L’éducation au Vivant doit rénover les relations non seulement avec nos semblables, mais avec l’ensemble des êtres vivants sensibles : « L’être humain doit se réconcilier avec la nature et développer les qualités lui permettant de vivre en harmonie tant avec ses semblables qu’avec les autres êtres vivants, dans le respect de la diversité biologique. »
 
Des stages pratiques sous la conduite de « professionnels » permettront de confirmer les enseignements nouveaux dans différents domaines de production, de consommation, de transport et de distribution biologiques.
 
L’éducation à la santé et au bien-être des êtres humains et des êtres animaux ainsi que l’éducation à la responsabilité auront une place primordiale tant en qualité qu’en nombre d’heures.
 
« L’être humain est un membre de la communauté du Vivant et il est de sa responsabilité de la respecter et de la faire respecter. »
 
La notion de « crime contre le Vivant » sera instaurée.
 
La culture du Vivant à laquelle participeront activement les professeurs et les parents sera enchevêtrée aux autres cultures préalables.

Commenter cet article